Retour  Retour
septembre 2014

Le diable du détail

Le diable du détail Certains vantent ses qualités ergonomiques et de simplicité de lecture, d'autres se moquent de son étrange phénomène de mode. Le flat design, littéralement design plat, a envahi en quelques mois nos téléphones, nos tablettes, nos ordinateurs et maintenant nos télés. Basé sur des graphismes épurés, sur des typos simples et sur des nuances de couleur fines, le flat design a une qualité que vous n'aviez pas soupçonnée : il valorise à la fois l'écran sur lequel il est affiché, et le fond du message communiqué.

C'est à la sortie de l'iPhone 5 et d'iOS 6 que les commentaires les plus acerbes sont tombés sur le flat design, lancé par Windows 8 et son système de tuiles de couleur. Simpliste, fait en trente secondes par une main d'enfant : ce design curieusement rétrograde n'a pas tout de suite fait l'unanimité. Devenu un standard aujourd'hui tant il facilite la lecture et la compréhension de contenus longs ou complexes, il a surtout une qualité immense et qui ne saute pas aux yeux au premier coup d'œil : par sa finesse, par sa précision, il met en valeur le détail que sont capables d'afficher les écrans de toute dernière génération. Permettant à l'œil de se focaliser avec une précision diabolique sur le contenu désiré, le flat design et son écran s'effacent pour ne faire apparaître que le contenu. Exit le support, exit la forme, place au fond du sujet, mis au devant de la scène comme jamais.

Tenter de dessiner une application ou un site en flat design relève d'un formidable exercice d'équilibre, de synthèse et de hiérarchisation de l'information.

On reconnaît les grands philosophes, les grands personnages politiques et les grands patrons à leur capacité de simplification et de vulgarisation des sujets les plus complexes. Capables d'expliquer à un néophyte calmement et en une phrase une réflexion de haut niveau, ils parlent à voix posée, échangent avec humilité et choisissent chacun de leurs mots avec une précision qui force l'admiration. Ecouter la démonstration d'un grand historien ou d'un économiste de haut niveau est un régal, tant pour le sujet lui-même que pour la manière dont il est mené.

A son niveau, mais selon la même mécanique, le flat design permet cette finesse et cette attention portée au détail. De la même manière qu'une bonne démonstration intellectuelle ne s'encombre pas de formules de style inutiles, un bon design se concentre sur l'essentiel et permet, en une demi-seconde, la mise en valeur du contenu que l'auteur estime être le plus important.

Plus généralement, la généralisation de ce type de design correspond curieusement à celle de la simplification des points de vente physiques. Mise à l'honneur du produit, utilisation de couleurs douces et de matières brutes : que ce soit dans la mode, en décoration ou en alimentaire, la tendance est à l'accès simple et serein au produit et à sa valeur ajoutée, pour mieux prouver qu'il se vaut en tant que tel et qu'il n'a rien à cacher.

Arrivé en force avec la généralisation des écrans haute définition et phénomène de mode au démarrage, le flat design sert malgré lui, et c'est plutôt heureux, le fond des messages qu'on lui demande de relayer.


Vianney BOURGOIS












le 25.09.14 à 03:12
par Marie
Une autre façon de dire - en graphisme / design - ce que disait déjà Nicolas Boileau en 1674 : "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement - Et les mots pour le dire arrivent aisément."

Laissez-nous
vos commentaires


Tous les champs sont obligatoires