Retour  Retour
novembre 2009

Le blanc, chic et cheap à la fois

Le blanc, chic et cheap à la fois La nouvelle BMW Série 1 est toujours présentée dans cette couleur. La nouvelle Audi A3 également. On pourrait aussi parler des dernières collections Versace, BCBG ou Derek Lam, ou encore de Lindt, du café Alternativa ou de… Carrefour Discount. On l’a annoncé comme la couleur de l’année 2002, puis 2006, 2007 et maintenant 2009. Mais sapristi, qu’est-ce qui peut bien justifier cette blanche lame de fond ?

Pur, neige, ivoire, nacré, satiné ou brillant, le blanc n’est plus ce qu’il était. Autrefois couleur des voitures commerciales, il passe aujourd’hui au nacré pour habiller la Fiat 500, et à l’ivoire pour la Mini Cooper. Les premiers ordinateurs étaient blanc cassé, ils sont passé au noir… et Apple a remis le blanc brillant au goût du jour. Il faut dire que depuis les années 60, période bénie pour le blanc, en déco comme ailleurs, la tendance est passée par toutes les couleurs et les plus compliquées, jusqu’à la vague du camouflé.

Si le blanc est l’une des rares « couleurs » à remonter sans cesse à la surface, ça n’est pas sans raison. Synthèse ultime de toutes les couleurs, le blanc a, d’un point de vue design et communication, des propriétés hors du commun. Les designers industriels sont par exemple tenus de présenter leurs projets en blanc, pour mieux lire les volumes de leurs produits. Renvoyant la lumière, le blanc permet de distinguer les arêtes et les volumes. D’ailleurs, si on pose un à côté de l'autre deux objets identiques, l'un en blanc, l'autre en noir, ce dernier paraîtra plus petit que le premier. En communication en général, le blanc exprime la simplicité, la clarté et la neteté. Et dans le contexte actuel, il évoque même l’écologie, le respect de la nature et la pureté en général.

Mais à force de tout repeindre en blanc, ne risque-t-on pas de ne plus rien y voir ? Prenez les magasins Zara et H&M. Les premiers étaient autrefois parés de bois. Les seconds étaient jeunes et colorés. Aujourd’hui, ils sont tous deux devenus entièrement blancs, et la distinction entre les deux enseignes tient désormais du jeu des 7 erreurs. Avec ses multiples significations, le blanc met également côte à côte des marques aux images opposées.



Cette photo prise chez Carrefour la semaine passée illustre bien la confrontation entre des marques aux positionnements radicalement différents. Et c’est là toute l’ambiguité du blanc, comme aime à le souligner Elisabeth Condemine : "Ce qui est intéressant avec le blanc, c'est de voir comment une même couleur peut passer d'un aspect très "cheap" à du sophistiqué et de l'élégant".

Couleur délicate s’il en est, le blanc prend ainsi son sens avec la matière qui le supporte ou avec les nuances qu’il revêt. Les blancs purs évoqueront la perfection et la simplicité. Les blancs cassés, eux, légèrement teintés, plus chauds et doux, davantage consacrés aux matières rustiques, donneront un rendu beaucoup plus authentique. Jusqu’aux excès, le blanc peut tout exprimer. Ainsi en est-il du blanc hygiéniste et froid, plus inquiétant que rassurant.

Le retour en force du blanc est passionnant, parce que c’est dans le détail qu’il exprime son message. La couverture des derniers supports de communication Hermès n’est par exemple même plus imprimée : le papier, au toucher exceptionnel, est juste embossé du logo de la célèbre maison. Plus que toute autre couleur, le blanc prend sens et prend vie quand il est assumé. Que ce soit avec une autre couleur tranchée, avec une matière justement sélectionnée, ou avec une occupation de l’espace recherchée.

Vianney BOURGOIS
Sources : Le Journal des Femmes Deco / Blog Le Parisien / Stratégies 24/06/2002 / Autoblog 14/05/2009.

Laissez-nous
vos commentaires


Tous les champs sont obligatoires